Le trou noir financier

All watcher tome 7

Scénario : Stephen Desberg
Dessin : Marc Bourgne
Couleur : Bruno Pradelle (supervisé par Coquelicot)
Le Lombard (2010)
Présentation de la série
 

Lors d’un ultime affrontement, Larry B. Max et Mia Maï, deux agents de l’I.R.S. en mission depuis plusieurs mois sur la trace du mystérieux et redoutable All Watcher, sont parvenu à le démasquer. Dissimulé sous les traits de l’escroc français Coutellier, il s’agissait de l’oligarque russe Kazan Zorloff. Mais Larry et Mia n’ont pas pu l’empêcher de prendre la fuite ! Il n’y a plus une minute à perdre, car le plan machiavélique qu’All Watcher a mis en place avec la complicité de ses acolytes est enclenché : un raz de marée d’une ampleur colossale a déjà ravagé São Paulo. Los Angeles, Londres ou Bangkok sont également sur la liste. Le milliardaire fou, tout en réalisant une opération financière gigantesque (préalablement, dans toutes ces villes, il acheté des terrains en zone non inondable à bas prix), veut que le monde entier prenne conscience de ses excès. Les deux agents du fisc américain se lancent à sa poursuite en tentant de le localiser. Mais il est peut-être déjà trop tard, car l’océan commence à submerger les rues de L.A., prenant au piège Larry et Mia…

Je suis moins convaincu par mon propre travail sur ce tome 7 que par celui que  j’ai accompli sur le tome 5. Je n’étais pas à l’aise avec la scène du tsunami qui ravage Los Angeles (en particulier en pl. 23-25), et ça se sentirait encore plus à la lecture si le talent de Bruno Pradelle n’avait pas en partie rattrapé le coup ! À ma décharge, le grand spectacle n’est pas le domaine dans lequel j’excelle. Daniel Koller, dans le tome 6, avait dessiné un tsunami sur Rio autrement plus époustouflant que le mien!

De plus, à la première lecture du scénario, j’avais trouvé que ce tsunami sur L.A., provoqué par un « méchant » qui veut devenir le maître du monde, risquait de paraître un peu « too much » aux lecteurs, car trop éloigné de l’univers plutôt réaliste de la série IR$ et plus proche dans l’esprit de Blake et Mortimer ou de Guy Lefranc (d’où le petit clin d’œil que je me suis permis en donnant à All Watcher – Kazan Zorloff les tempes blanches d’Axel Borg, le méchant de Lefranc). Desberg, informé de mes doutes, a su me convaincre que l’intérêt d’un « spin-off » était justement de s’aventurer sur des territoires inconnus de la série-mère, de se permettre de nouvelles thématiques.

La PLV réalisée par Le Lombard.