Le Caire

Les pirates de Barataria, tome 5

Scénario : Marc Bourgne
Dessin : Franck Bonnet
Couleur : Bruno Pradelle
Glénat (2012)
 

Avril 1813. Tandis que Dominique You revient à Barataria, dans le repaire des frères Laffite, Artémis Delambre rejoint Paris. Mais la jeune femme n’a pas l’intention de rester à l’abri des dangers que sa filiation implique : elle décide de partir pour l’Egypte, en mission secrète pour l’Empereur, son père biologique. Mais elle ignore que les espions Nigel Fitzpatrick et Inga Schott sont toujours à ses trousses… Et une nuit, à Marseille, Artémis embarque à bord du « Gwélan », un brick corsaire, en compagnie du capitaine François, son nouveau garde du corps…

L’arrivée d’Artémis au Caire (pl. 21)

Premier tome du second cycle des Pirates de Barataria, Le Caire envoie Artémis en Egypte. Une destination qui peut paraître curieuse pour une série ancrée, par son titre même, en Louisiane. Mais quelques critiques des tomes 3 et 4, évoquant un début d’essoufflement de la série, m’ont amené à penser qu’il était judicieux de renouveler les décors et les personnages secondaires. L’idée de l’Egypte est venue de Franck, grand amateur des peintres orientalistes. De mon côté, en me documentant sur l’Egypte de l’année 1813, j’ai découvert une somme d’éléments passionnants, et notamment une extraordinaire galerie de personnages.

Portrait d’époque du consul Drovetti (qui apparaît dans l’album p. 25-26)

Le consul de France Bernardino Drovetti, le chef de bataillon Boutin, le capitaine Charles François ont véritablement existé… Boutin était un officier du génie spécialiste du monde musulman mais aussi un des meilleurs agents de Napoléon. La mission d’information qui l’a conduit en Egypte de 1811 à 1814 (année de sa mort mystérieuse), associée à ma découverte de l’existence de mamelouks français, a fourni l’idée de départ de mon scénario. Mais le personnage le plus fascinant, au destin aussi incroyable que vrai, reste le capitaine François. Je l’ai jugé digne de devenir le nouveau garde du corps d’Artémis. Ses mémoires, qui ont pour titre Journal du capitaine François, dit le dromadaire d’Egypte, sont sortis aux éditions Tallandier.

L’oasis de Siwa (pl. 44-45).

Cet album a reçu le prix Bulles de mer lors du salon du Livre de Mer de Noirmoutier en 2013, ce dont je n’étais pas peu fier. Après plus de 20 ans de carrière, c’était mon tout premier prix!

photo: Philippe Zytka